Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/3/d340775477/htdocs/clickandbuilds/AlgerieSalons/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/3/d340775477/htdocs/clickandbuilds/AlgerieSalons/wp-includes/post-template.php on line 284

L’Algérie importe 50% de sa consommation en médicaments

Le nouveau projet de loi sur la santé qui sera présenté prochainement au parlement apportera plusieurs nouveautés pour le secteur de la pharmacie. Entre autre, il définira d’une manière plus moderne le métier de pharmacien ainsi que les médicaments.
 

Lotfi Benbahmed, le président du conseil de l’ordre des pharmaciens d’Algérie, a indiqué en marge de la septième rencontre internationale de la pharmacie tenue aujourd’hui à Alger que le projet de loi sur la santé permettra de remédier à plusieurs lacunes qui entravent actuellement le secteur pharmaceutique et celui des médicaments.

 
Selon les dispositions du projet, « le pharmacien ne se limitera pas maintenant à la vente des médicaments seulement, mais prendra part à l’éducation thérapeutique du malade en l’incitant à prendre des traitements dans de bonnes conditions», a signalé Benbahmed. A ce propos, il a expliqué, que la vente des médicaments dans les officines sera effectuée après l’adoption de la loi par des aides pharmaciens qui se forment actuellement dans les 11 facultés du pays. En effet, le nouveau projet de loi, compte rendre la réglementation nationale adéquate avec ce qui se passe à l’internationale, et il « touchera les laboratoires et les distributeurs de médicaments aussi » a-t-il ajouté. 
En plus, le projet de loi prévoit, « l’élargissement de la définition des médicaments, il n y a pas que les génériques mais elle s’est élargie à la biotechnologie importante pour la l’oncologie » a-t-il ajouté.  .

Par ailleurs, dans son intervention, Hamou Hafed, directeur général de la pharmacie au ministère de la Santé a expliqué que le nouveau projet de loi vise l’ancrage de la promotion de la production locale et l’investissement et des redéfinitions des médicaments afin de mettre à jours la liste des médicaments. Un autre ancrage est lié aux pratiques de l’établissement pharmaceutique, surtout en ce qui concerne la responsabilité de ces établissements. 

S’agissant de la demande M. Hafed, a expliqué que le marché algérien consomme de plus en plus de médicament, d’ailleurs, il a fait savoir que la nomenclature des médicaments a atteint 4269 produits enregistrés fin de 2015. L’Algérie qui prévoit de produire 70% de ses besoins en médicament, continue toutefois, d’importer plus de la moitié de sa consommation, soit plus d’un milliard d’euro en 2015. L’Algérie qui s’approvisionne à hauteur de 76% des importations de cinq pays, dont près de la moitié de la France, consent des efforts considérables pour le lancement de grands investissements localement. D’ailleurs, un décret exécutif datant de l’année dernière a interdit l’importation de 11 produits qui sont disponibles grâce à la production locale. 

Toutefois, M. Hafed a indiqué que des projets d’investissement de plus d’un milliard de dollars sont en cours de réalisations en Algérie dans le secteur pharmaceutique. « Nous avons 147 unités de production qui sont en cours de réalisation, dont 80 unités pour les médicaments et 246 autres ont reçus leurs validation».

Cependant, l’Etat est dans l’obligation de mettre en place une politique nationale pour la pharmacie, bien spécifique afin d’avoir une organisation meilleurs de secteur pharmaceutique.
Source: leconews

L’Algérie importe 50% de sa consommation en médicaments