Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/3/d340775477/htdocs/clickandbuilds/AlgerieSalons/wp-includes/post-template.php on line 284

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/3/d340775477/htdocs/clickandbuilds/AlgerieSalons/wp-includes/post-template.php on line 284

Le prix des véhicules en hausse de 20%

Le marché de l’automobile s’attend  à des pertes considérables en termes de chiffre d’affaires. Selon Sefiane Hasnaoui, président de l’Association des concessionnaires et constructeurs automobiles algériens (AC2A), les concessionnaires risquent de perdre 85% de leur chiffre d’affaires en 2016, soit l’équivalent de 500 millions de dollars en matière d’achat.
 

«Le marché de l’automobile connaît une crise sans précédent. Une crise qui était nécessaire pour soutenir la situation économique du pays. D’ailleurs, le volume des importations a reculé de 400 000  à 60 000  véhicules entre 2014 et 2015 », a-t-il signalé.

Le président de l’AC2A prévoit l’augmentation des importations de véhicules dans les mois qui viennent. Pour lui, le volume annuel des importations sera décidé selon la taille du concessionnaire et sa capacité d’investissement dans l’activité automobile. L’application du nouveau cahier des charges encadrant cette activité permettra une dynamique importante pour la levée de l’industrie automobile en Algérie. Toutefois, dit-il, la tendance haussière des prix des importations va continuer d’une manière mécanique et automatique sur les années 2016 et 2017. Pour M. Hasnaoui, pas de retour à des prix à la normale du moins avant 2018. Les prix des véhicules neufs devraient encore augmenter de 15 à 20% en 2017. Car, explique-t-il, « les importations de véhicules neufs sont fortement perturbées par le nouveau cahier des charges réglementant l’activité des concessionnaires automobiles. D’autres facteurs impacteront  la hausse des prix du neuf en particulier les nouveaux équipements exigés par le cahier des charges qui ont des coûts très élevés notamment ceux liés à la sécurité (ABS-AirBag), la dévaluation du dinar, l’augmentation de la taxe à l’importation ou encore la hausse du prix d’acquisition auprès des constructeurs.
S’agissant des perspectives du marché des véhicules neufs en Algérie et de la tendance de la demande locale, M. Hasnaoui prévoit une persistance des perturbations entre l’offre et la demande, qui devraient durer deux années, et ce, jusqu’à l’installation effective dans le pays d’une industrie mécanique locale avec une offre qui répondra suffisamment à la demande.

Les mesures qui ont été imposées par les pouvoirs publics entraineront la disparition de nombreux concessionnaires. « Les concessionnaires ont perdu 50% de leurs effectifs qui étaient de 50.000 emplois directs et de 100.000 indirects créés à travers les réseaux de distribution et les points de vente. Aujourd’hui un bon nombres d’éléments d’adaptation (les charges, les licences d’importations, limitations de quotas) ont freinés l’activité de certains et provoqueront la disparition de beaucoup d’autres ».

A propos de l’obligation d’installer une activité industrielle mécanique locale à laquelle sont soumis les concessionnaires automobiles et dont la date butoire est prévue pour fin 2016, M. Hasnaoui a rappelé que plusieurs projets étaient en cours de finalisation par des opérateurs locaux avec des partenaires étrangers tels que Hyundai, Peugeot ou encore Volkswagen.

Pour ce qui est de  Nissan Algérie, M.Hasnaoui, indique que son entreprise est  sur le point de conclure un projet de partenariat pour une activité de mécanique industrielle et dont l’annonce officielle est prévue dans quelques semaines.

Il est à signaler, par ailleurs, que M. Hasnaoui a annoncé, par cette même occasion, que l’association qu’il préside a changé de dénomination pour devenir l’Association des concessionnaires et constructeurs automobiles algériens au lieu de l’Association des concessionnaires automobiles algériens.
Source: leconews

Le prix des véhicules en hausse de 20%